Francais

spem in alium

40 voix. 8 choeurs. 2 chanteurs.

Le motet à quarante voix indépendantes Spem in Alium de Thomas Tallis (c. 1505-1585) est sans doute une des plus impressionnantes compositions de l’histoire de la musique. Cependant, les interprètes d’aujourd’hui éprouvent de grandes difficultés à le représenter: il est presque impossible de trouver quarante chanteurs dont les voix se mélangent idéalement et qui se fondent dans une gigantesque fresque sonore.

Multiple Voices a décidé de se confronter à ce défi vocal et mental : interpréter cette œuvre monumentale avec seulement deux chanteurs. La gamme vocale combinée de Terry Wey et Ulfried Staber inclus trois octaves et demie. Chaque chanteur s’occupe de deux des cinq parties de chaque chœur, la partie moyenne étant partagée entre eux deux. Le résultat est étonnant : une homogénéité vocale presque surnaturelle, normalement impossible par un chœur traditionnel.

Néanmoins, l’idée principale de ce projet unique était autre: pendant une représentation de huit heures, l’auditeur peut faire l’expérience du motet à quarante voix Spem in Alium non pas verticalement, mais horizontalement, et, ainsi, plonger dans le travail de composition de Tallis. Il est rare qu’on puisse suivre un chef-d’œuvre si complexe, voix après voix, comme si le compositeur était en train d’écrire sa partition.

Chantées individuellement par les deux musiciens, les quarante voix sont diffusées en boucle par une des seize enceintes – deux pour chacun des huit chœurs –, et les voix se répandent alors une à une dans l’église. Comme dans un gigantesque puzzle de la Renaissance, voix après voix, le mystère de la polyphonie se dévoile devant le spectateur, jusqu’à l’instant où le motet s’achève sur le coup de minuit.

Entre le moment où, à 16h00, s’élève la première voix et celui de l’éblouissante conclusion, à minuit, Terry Wey et Ulfried Staber caressent chaque note de cette construction monumentale. Ainsi, interprété par deux chanteurs, le Spem in Alium salue le jour qui commence, tout en couronnant celui qui s’achève d’une manière glorieuse.